CORRIDA

2016

C’était l’été dernier, il faisait chaud, ça puait la pisse, la bière et le foin.  Les rires des gens étouffés par la fanfare qui tonitruait déjà des airs de fête. Ma meilleure amie me sert le bras. J’étais prête. Le cœur brisé et le pied cassé, je me dirigeais en boitant vers les arènes, une béquille sous le bras, tout mon poids chancelant d’un seul côté.  J’étais prête. A la porte d’entrée, deux hommes se postent devant mon amie et moi. Ils nous regardent avec l’air de se demander ce qu’on foutait là. Je leur montre mon laisser-passer, preuve attestant de ma volonté d’être ici, non je ne suis pas perdue. Nous entrons et peinons à nous frayer un chemin entre les allées étroites. On est tout en bas, aux premières loges d’un spectacle qui promettait d’être le pire de ma vie. L’air est lourd d’impatience, le monde se presse pour s’installer confortablement à sa place. Il y a des familles, un bébé pleure. Les portes s’ouvrent enfin, j’ai le cœur qui bat très vite. Les acteurs font leur entrée, accompagnés de leurs chevaux et d’une fanfare. J’ai envie de partir, de changer d’avis, de tout laisser en plan, d’abandonner. Je croyais être prête. Le silence pèse d’un coup, je viens de m’en rendre compte, la musique s’est arrêtée. Le taureau déboule dans l’arène et en fait le tour.

Le premier coup est porté, dans le dos. Mon estomac remonte dans ma gorge, je ne m’arrête pas de photographier. Les larmes m’empêchent maintenant d’y voir et les sanglots me font trembler. Je dois rester et continuer. Rien n’aurait pu me préparer à ça.

 

« Les gars de la commission ont vu deux filles pleurer, tout le monde en parle, je m’en suis pris plein la gueule des gars de là-haut, vous pouvez pas rester dans la fosse si c’est trop dur. En plus t’es en béquilles toi, ça le fait vraiment pas. Et puis j’avais insisté auprès d’eux pour que tu viennes avec ton assistante mais là, vous ne pourrez plus rentrer toutes les deux, ça me met dans une position délicate. »

 

J’y suis donc retournée seule. 9 taureaux ont étés torturés et tués ce jour-là.

C’était la première fois que j’entendais une foule d’hommes et de femmes hurlant « Tuez-le ! Matalo ! » à l’unisson.

It was last summer, it was hot, it stank of piss, beer and hay. The laughter of the people smothered by the marching band, which was already full of festive airs. My best friend serves my arm. I was ready. With a broken heart and a broken foot, I limped towards the arena, a crutch under my arm, all my weight faltering on one side. I was ready. At the front door two men stand in front of my friend and me. They look at us with the air of wondering what they were doing here. I show them my pass, proof of my willingness to be here, no I'm not lost. We enter and struggle to make our way between the narrow alleys. We are downstairs, in front of a show that promised to be the worst of my life. The air is heavy with impatience, people presses to settle comfortably in its place. There are families, a baby is crying. The doors finally open, my heart beating fast. The actors make their entry, accompanied by their horses and a marching band. I want to leave, to change my mind, to leave everything behind, to give it up.

I thought I was ready. The silence weighs in a sudden, I just realized, the music stopped. The bull goes into the arena and goes around it. The first shot is carried in the back. My stomach goes up in my throat, I do not stop photographing. Tears now prevent me from seeing, and the sobs make me tremble. I have to stay and continue. Nothing could have prepared me for that.

 

"The guys on the board saw two girls crying, everybody talking about it, I got the guys up there that sermonized me, you can not stay in the pit if it's too hard. Plus you're on crutches, it really won't work. And then I insisted on them for you to come with your assistant but there, you will not be able to return both, it puts me in a delicate position. "

 

So I went back alone. 9 bulls were tortured and killed that day. It was the first time I heard a crowd of men and women shouting "Kill him! Matalo! "In unison.

To play, press and hold the enter key. To stop, release the enter key.

press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom